• Le 7ème continent

    Le 7ème continent est un continent uniquement de plastique. Avec 3,43km2 de surface, il est 6 fois plus grand que la France et se présente sous la forme d’un iceberg.

    Le 7ème continent

    Ce sont quelques millions de tonnes de plastique qui flottent dans l’océan Pacifique entre les côtes d’Hawaii et L’Amérique du Nord.

    En 2014, 200 espèces de poissons, mammifères marins, tortues et autres oiseaux ont été touchées: la faute à un quart de billion de tonnes qui flottaient dans les océans du monde.

    Le 7ème continent

     

    De ce fait, il y’a d’énormes conséquences sur les animaux vivants dans ces eaux. Chaque année depuis 2014, le plastique tue 1,5 million d’animaux par an. Les poissons et les oiseaux sont principalement touchés ainsi que les baleines, dauphins... En effet, les poissons avalent environ entre 12 000 et 24 000 tonnes de déchets PAR AN. Un consommateur de poisson régulier mange à peu près 11 000 micro-plastique par an.

    Une équipe de chercheurs a mesuré que 9% des espèces de poissons sur 141 vivants dans la zone du 7ème continent ont du plastique dans l’estomac. C’est une constatation désastreuse...

    Les oiseaux, eux aussi sont très touchés par ce phénomène dramatique. En effet, les oiseaux confondent le plastique avec du plancton et même du zooplancton pas par leur aspect mais par l’odeur qu’ils dégagent.

     Pour aller plus loin 

    Le sulfure de dyméthyle est un composé chimique présent dans le plastique, qui en se dégradant, dégage une odeur très ressemblante au zooplancton mais aussi à l’odeur de nos aliments quotidiens. Pour cela des chercheurs ont réalisé des expériences permettant de s’assurer de leur hypothèse (émise ci-dessus). Cette odeur (à la base naturelle) serait due à la décomposition des algues et de phytoplancton qui sont ingérés par les zooplancton ou même le krill.

    Le 7ème continentLe 7ème continent  

            

     

     

     

     

     

    D’où la conséquence aussi importante sur les baleines qui se nourrissent de krill et meurent très souvent polluées par le plastique. Deux nouvelles affreuses s’enchaînent avec une baleine qui meurt en Norvège après avoir avalé 30 sacs plastiques et une autre ayant ingéré 80 sacs plastiques en Thaïlande.